Égalité des chances

Home > Comment poser sa candidature? > Égalité des chances

Les institutions de l’UE cultivent les talents!

Notre vision et notre mission
 

EPSO croit en l’égalité et la diversité. Afin de garantir que les institutions de l’UE offrent les mêmes chances à tous et reflètent la diversité du monde d’aujourd’hui, nous appliquons les principes et objectifs suivants:

  • EPSO garantit l'égalité des chances, de traitement et d’accès de tous les candidats, sans discrimination fondée sur le sexe, la race, la couleur, les origines ethniques ou sociales, les caractéristiques génétiques, la langue, la religion ou les convictions, les opinions politiques ou toute autre opinion, l’appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance, un handicap, l’âge ou l’orientation sexuelle;
  • EPSO applique le principe d'inclusion dans les procédures de sélection et donne à tous les candidats des chances égales de démontrer pleinement leurs compétences, en identifiant et en éliminant les obstacles à leur participation, les éventuels préjugés et les risques de discrimination;
  • EPSO promeut l’égalité des chances et collabore avec divers groupes de parties prenantes et organisations spécialisées afin de recruter des talents plus diversifiés;
  • EPSO souhaite diversifier sa réserve de talents et aider la fonction publique européenne à représenter la diversité des Européens pour lesquels elle travaille.
 
Comment appliquons-nous ces principes dans la pratique?

Découvrez les mesures concrètes que nous avons prises pour faire de l'égalité des chances et de la diversité une réalité.

  • Nous nous assurons de la neutralité des questions des tests par un suivi et des analyses statistiques systématiques.
  • Nous fondons nos méthodes de sélection sur des évaluations objectives et harmonisées des compétences.
  • Nous examinons et notons les CV rendus anonymes uniquement en fonction de critères objectifs.
  • Nous mettons en place des aménagements raisonnables pour les candidats handicapés ou ayant des besoins spécifiques.
  • Nous appliquons la convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées.
  • Nous procédons à des contrôles/audits systématiques des procédures et tests de sélection au regard des critères d’égalité et de diversité. Nous identifions les obstacles susceptibles d’influer sur les procédures de sélection et adoptons des mesures correctives.
  • Nous réalisons régulièrement des contrôles de l’accessibilité afin d’améliorer en permanence le caractère accessible de notre communication, de nos procédures de sélection et de nos tests. Si nécessaire, nous produisons des formats adaptés compatibles avec les technologies d’assistance et l’assistance individuelle. Nous intégrons également des exigences en matière d’accessibilité dans tout nouveau développement informatique.
  • Nous formons les membres des comités de sélection chargés d’évaluer les compétences des candidats aux méthodes de sélection et de recrutement les plus impartiales, objectives et professionnelles, dans le respect des principes d’égalité des chances et de traitement.
  • Nous nous attachons à constituer des comités de sélection équilibrés, afin de limiter les risques de discrimination et de partialité. Pour ce faire, nous nommons des membres d’horizons divers et veillons à garantir un équilibre en termes de nationalité, de langue et de sexe, ainsi qu’entre les représentants des comités du personnel et les représentants de l’administration.
  • Nous recueillons systématiquement l’avis des candidats afin d’améliorer en permanence notre travail.
  • Nous mettons tout en œuvre dans nos activités de communication pour attirer des talents de tous les États membres de l’UE en visant les principaux publics cibles. Ainsi, nos «ambassadeurs EU Careers» tiennent un blog sur la vie et le travail dans les institutions européennes, afin de montrer aux candidats potentiels ce qu’est une carrière au sein de l’UE. Mais nous sommes aussi présents sur les campus avec nos étudiants ambassadeurs pour «EU Careers», ainsi que grâce à notre participation ciblée à des salons d’orientation et d’autres activités.

Comment EPSO procède-t-il?

Afin de garantir l’égalité hommes-femmes, EPSO a pris différentes mesures telles qu’un plan d’action psychométrique continu destiné à améliorer en permanence la gestion des tests, et notamment des tests psychométriques et autres prévus lors de la phase de présélection. En outre, les membres des comités de sélection chargés d'évaluer les compétences des candidats au centre d’évaluation sont formés pour assurer l’égalité des chances et de traitement des candidats lors des entretiens et des autres exercices.

L'objectif principal, à chaque étape de la sélection, est de réduire autant que possible l'impact selon le sexe et d'offrir aux hommes et aux femmes les mêmes chances de démontrer leurs aptitudes.

EPSO a donc mené des actions et des recherches détaillées afin d’éviter la discrimination entre les hommes et les femmes et de veiller à ce qu’ils puissent prouver leurs compétences et leur potentiel sur un pied d’égalité.

Handicap/besoins spécifiques

Un handicap ou une pathologie ne doit pas empêcher un candidat de participer à une procédure de sélection.

EPSO dispose d'une procédure pour mettre en place des aménagements raisonnables, conformément aux meilleures pratiques dans ce domaine. Nous pouvons ainsi recenser les obstacles découlant d'un handicap ou d'une pathologie et les candidats ayant des besoins spécifiques peuvent démontrer leurs aptitudes sur un pied d’égalité avec les autres candidats.

Vous avez besoin d’aménagements particuliers pour les épreuves de sélection?

Pour bénéficier d’aménagements particuliers lors de la procédure de sélection en raison d'un handicap ou d'une pathologie permanente, vous devez suivre les étapes suivantes:

ÉTAPE 1: dans le formulaire de candidature, cochez la case «AMÉNAGEMENTS POUR BESOINS SPÉCIFIQUES» («SPECIAL NEEDS REQUIREMENTS») et indiquez vos besoins spécifiques. Afin de nous permettre de mieux comprendre les difficultés que pose votre handicap ou votre pathologie dans une situation de test, veuillez décrire votre handicap et les aménagements dont vous avez besoin de manière détaillée. Vous devez envoyer une copie d’une attestation de handicap ou d’un certificat médical afin d’étayer votre demande d’aménagements particuliers. Sans ces certificats, nous ne pourrons pas prendre votre demande en considération.

Nous acceptons les attestations de handicap délivrées par un organisme national compétent ou les certificats médicaux délivrés par un spécialiste. Ces derniers doivent être accompagnés d'un rapport plus détaillé.

Nous garantissons que les données concernant votre handicap ou votre pathologie seront traitées en toute confidentialité, conformément au règlement (UE) 2018/1725 du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2018

ÉTAPE 2: une fois que vous aurez introduit votre demande d’aménagements particuliers, l’équipe d’EPSO chargée de l’accessibilité (c.-à-d. de la définition et de l’organisation des aménagements raisonnables des tests de sélection pour les candidats ayant des besoins spécifiques) vous contactera en temps utile pour vous demander des informations complémentaires ou vous confirmer les aménagements dont vous bénéficierez.

ÉTAPE 3: vous serez invité(e) aux épreuves, et en fonction des aménagements particuliers qui vous auront été accordés, vous passerez les tests dans les meilleures conditions possibles.

ÉTAPE 4: vous aurez la possibilité de nous donner votre avis pour nous aider à améliorer nos pratiques.

De quels types d’aménagements particuliers puis-je bénéficier?

En fonction de votre handicap ou de votre pathologie et des difficultés que cela peut poser dans une situation de test, nous vous demanderons de nous indiquer les types d’aménagements qui pourraient vous être utiles. EPSO estime en effet que ce sont les candidats qui connaissent le mieux leur handicap ou pathologie.

Au cas par cas et en tenant compte de vos justificatifs et de l’expertise d’EPSO dans ce domaine, nous vous proposerons certains aménagements pour chaque type de test que vous devez passer. Par conséquent, les aménagements dont vous bénéficierez peuvent être différents de ceux que vous avez demandés.

Exemples d’aménagements possibles:

  • garantie d’accessibilité
  • temps supplémentaire pour passer les épreuves
  • agrandissement des textes ou logiciel loupe
  • impressions en Braille ou clavier Braille
  • lecteurs d'écran
  • interprétation en langue des signes
  • éclairage adapté, bureaux adaptables en hauteur
  • aide individuelle, etc…

Veuillez noter que les technologies d’assistance ne sont actuellement disponibles que pour les tests organisés au centre d'évaluation de Bruxelles. EPSO est en train d'élargir le champ d'application de ces technologies afin de permettre leur utilisation durant d'autres étapes de la procédure de sélection et pour différents types de tests. Nous continuerons entretemps à analyser vos besoins et à vous proposer une aide et des aménagements adaptés pour que vous puissiez passer les tests dans les meilleures conditions possibles. Tous les autres aménagements sont disponibles à diverses étapes de la procédure de sélection.

Vous rencontrez des difficultés en matière d’accessibilité? 

EPSO accorde une grande importance à cet aspect. Nous travaillons sans relâche pour améliorer l’accessibilité de notre communication et de nos procédures de sélection. Nous procédons à des contrôles réguliers afin d'évaluer notre degré d’accessibilité et comment nous pouvons améliorer l’accessibilité pour tous. Nous intégrons des exigences en matière d’accessibilité dans tous les nouveaux développements informatiques. Nous produisons des formats compatibles avec les technologies d’assistance pour les documents qui ne sont pas 100 % accessibles et nous vérifions actuellement notre site pour atteindre le niveau AA de la version 2.0 des règles pour l'accessibilité des contenus web (WCAG).

Vous rencontrez encore des difficultés pour accéder à certaines parties de notre site web ou à certains de nos documents? Ou vous souhaitez nous donner votre avis et nous aider à améliorer l’accessibilité de notre site web et de nos procédures de sélection? N'hésitez pas à nous contacter et nous vous répondrons dès que possible! 

Découvrez les témoignages de nos collègues

Johan travaille comme administrateur système au Parlement européen, à Bruxelles, depuis 2014. Bien qu'il ait été diagnostiqué autiste en 2004, son handicap ne se remarque pas au premier abord. Nous lui avons demandé s'il se sentait intégré dans son équipe et si son handicap lui avait posé des problèmes au travail.

«Je me sens intégré dans l'équipe. Comme je suis plutôt extraverti, j’apprécie les contacts avec mes collègues. Nous plaisantons souvent et nous rions beaucoup. La plupart d'entre eux ne savent pas que je suis autiste. Avec le temps, j’ai appris à cacher mon handicap, mais dans mon secteur d’activité, les comportements autistes ne sont pas si rares. Je suis peut-être un autiste atypique. La plupart des gens pensent que les personnes atteintes d'autisme n’aiment pas les contacts sociaux, mais c’est une idée reçue. Il est vrai qu'elles pensent différemment. Elles s’attachent davantage aux détails, par exemple, et ont parfois du mal à traiter les informations sensorielles, mais lorsqu’elles se sentent à l'aise, elles apprécient vraiment la compagnie des autres.»

Johan encourage d’autres candidats ayant des besoins spécifiques à présenter leur candidature à un poste dans les institutions européennes et leur donne quelques conseils.

«C'est vraiment super de travailler dans une institution européenne. Les collègues ont l'esprit ouvert vis-à-vis des personnes handicapées. Les bâtiments sont adaptés pour accueillir les personnes en chaise roulante. Vous devez montrer au jury que vous avez autant de qualités, sinon plus, que d'autres candidats valides. Alors, préparez-vous sérieusement et tentez votre chance!»

Konstantinos travaille depuis un an à la direction générale des infrastructures et de la logistique du Parlement européen, à Luxembourg. En 2006, il a appris qu'il souffrait de sclérose en plaques; il marche aujourd'hui avec des béquilles. Nous lui avons demandé ce qu'il pensait de son environnement de travail.

«Grâce à un environnement professionnel qui me facilite la vie — des collègues sympathiques, des infrastructures accessibles —, mon état de santé s'est stabilisé, voire amélioré. Par ailleurs, les projets qu’on m’a attribués me donnent envie de travailler encore plus dur. Je suis particulièrement satisfait des améliorations apportées aux installations du Parlement européen pour faciliter l’accès des personnes à besoins spécifiques. Dans ce contexte, je suis très heureux d’avoir eu l’occasion de démontrer les bonnes pratiques de l’Union européenne en matière de handicap.»

Ville travaille depuis 2013 comme juriste à la Commission européenne, à Bruxelles. Il est aveugle de naissance. Nous lui avons demandé ce qu’il avait pensé de la procédure de sélection et comment il se sentait à son poste au sein de la Commission européenne.

«J’ai trouvé l’équipe «Accessibilité» très compétente et bien organisée. Après avoir reçu mon dossier d'inscription, ils ont proposé des aménagements pour me permettre de participer équitablement à la première étape du concours, en tant que candidat non voyant, et j’ai trouvé leurs propositions très adéquates et adaptées. Cette excellente coopération s’est poursuivie durant tout le concours, y compris pendant la phase au centre d’évaluation. J’ai été très agréablement surpris par le fait que presque tous les documents sont au format numérique, car toute la correspondance envoyée et reçue est consignée dans des bases de données électroniques. Grâce à cela, moi qui utilise un logiciel de lecture d’écran, je ne perds pratiquement jamais de temps à numériser des documents sur papier, contrairement à mes emplois précédents. Je me sens pleinement intégré grâce à l’attitude bienveillante de mes collègues et de mes supérieurs.»

Ville donne quelques conseils aux candidats ayant des besoins particuliers qui postulent pour travailler dans les institutions européennes.

«Montrez que vous êtes motivé(e). Si vous souffrez d’un handicap, essayez de l’envisager du point de vue de l’employeur. Soyez prêt(e) à répondre aux questions sur ce sujet et réfléchissez au préalable à des solutions raisonnables pour faire face aux besoins particuliers que votre handicap peut engendrer pour le poste. Faites preuve de patience. Considérez chaque candidature et chaque entretien comme une occasion d’apprendre, même si vous n’êtes pas choisi(e). Concentrez-vous sur les compétences plutôt que sur les besoins spécifiques.»

Frederic est chargé de l’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite à l’OIB (l’Office «Infrastructures et logistique» de la Commission européenne). Il est aveugle et travaille pour les institutions de l’Union européenne depuis 1998.
Nous lui avons demandé de quels types d’aménagements spécifiques il disposait sur son lieu de travail.

«J’ai un ordinateur équipé d’un logiciel de synthèse vocale (JAWS) et d’un clavier braille. Quand je suis arrivé, la DG «Recherche et innovation» m’a offert plus que ce dont j’avais vraiment besoin: j’ai été impressionné par l’accueil fantastique qui m’a été réservé. Ma première expérience a été géniale. Par la suite, quand j’ai changé de poste, ce fut moins évident, mais j’ai toujours su comment obtenir ce dont j’avais besoin, en étant patient.»

Frederic indique également que son handicap n’est pas un obstacle au sein de son équipe.

«Le handicap est un avantage ici. Je le présente de manière joyeuse. Je ne donne pas l’impression de porter toute la misère du monde. Et je possède un chien, ce qui aide: il est devenu la mascotte!»

Maurizio est attaché de presse du Parlement européen en Italie. Il est aveugle et travaille pour les institutions de l’Union européenne depuis 2015.
Nous lui avons demandé ce qu’il pensait de la procédure de sélection et s'il se sentait intégré dans son équipe.

«L’équipe d’EPSO chargée de l’accessibilité a été géniale! Tout s’est très bien passé pendant le concours. J’ai présenté les épreuves en braille, avec l’aide d’un assistant personnel. J’ai également passé un test au format électronique. Pour ce qui est de la procédure de sélection proprement dite, il s’agissait seulement d’un entretien, si bien que je n’ai pas eu besoin d’aménagements particuliers. Je n’ai rencontré aucun obstacle. Je n’ai jamais eu de problèmes dus à mon handicap. Si vous adoptez une attitude positive, même si les gens sont ignorants ou sceptiques, et si vous êtes enclin à partager votre expérience, vous pouvez déplacer des montagnes.»

Maurizio conseille aux autres personnes ayant des besoins spécifiques de se porter candidates à un poste dans les institutions européennes.

«Je dirais que c’est tout à fait faisable, qu’on peut y arriver — pas besoin d’être polyglotte ou superhéros! C’est parfaitement possible. Cela prend si peu de temps qu’on n’a rien à y perdre, alors qu’on peut y gagner une carrière très intéressante. Le rapport coûts-avantages est assurément intéressant. La seule chose pénible, c’est la candidature elle-même... mais une fois qu’elle est terminée, cela ne représente en fin de compte que très peu de temps, avec la possibilité d’une récompense immense à la clé! Ne vous laissez pas décourager par la candidature!»

 

Krystle est une personne à mobilité réduite. Elle travaille comme assistante chargée des communications à la Commission européenne, à Bruxelles, depuis 2002.
Nous lui avons demandé de quels types d’aménagements spécifiques elle disposait et si elle estimait que son handicap avait été un obstacle dans son travail.

«La Commission m'a fourni une chaise roulante, un repose-pieds, une chaise médicale et une place de parking réservée. Des barres d’appui ont été placées dans les toilettes. Je me sens totalement intégrée dans l’équipe. Lorsque nous avons une réunion, mes collègues me proposent spontanément leur aide pour venir me chercher ou demandent ce qu’ils peuvent faire pour moi. Cela fait plaisir de se sentir appréciée et reconnue pour son travail. Je ne bénéficie d’aucun traitement particulier; je travaille aussi dur que les autres, sous leur regard bienveillant pour ce qui est de la mobilité.»

Krystle donne également des conseils aux autres personnes ayant des besoins spécifiques qui souhaiteraient se porter candidates à un poste dans les institutions européennes.

«Je leur recommande vivement de présenter leur candidature! Aucun handicap physique n’est un obstacle: les concours reposent sur les connaissances; il ne s’agit pas d’un marathon. Tout le monde est accepté. Nationalité, couleur, sexe ou handicap physique: rien n’est un obstacle. Toutes les nationalités de l’UE et tous les horizons sont représentés; la différence est une chose positive. Que l’on soit une Maltaise à mobilité réduite ou un Estonien malvoyant, cela n’a pas d’importance. La dimension multiculturelle, c’est travailler avec les autres, sans aucune distinction. Les institutions ont mis en place des services qui accueillent tous types de personnes: l’égalité des chances y est un véritable droit.»

Fabio est chef d’unité à la direction des ressources humaines du Parlement européen. Amputé d’une jambe, il travaille pour les institutions européennes depuis 2001.
Nous lui avons demandé s’il avait besoin d’aménagements spécifiques au travail.

«Quand je ne peux pas marcher avec ma prothèse, j'utilise des béquilles, mais je ne peux pas me servir de mes mains. Je n’utilise rien de spécial; je dispose d’outils informatiques (tablette et ordinateurs portables). Pour mes problèmes de dos dus à la prothèse, j’ai une table adaptable en hauteur. J’ai droit à un emplacement de parking. Je n’ai pas eu de difficultés à obtenir ces aménagements. Comme je suis handicapé moteur, c'est moins problématique. Je peux interagir à 100 %.»

Fabio donne des conseils aux autres personnes ayant des besoins spécifiques qui souhaiteraient se porter candidates à un poste dans les institutions européennes.

«Il ne faut pas avoir peur; il faut se donner les moyens d’affronter une situation nouvelle. N’y allez pas tête baissée en pensant que tout ira bien et que le Parlement se chargera de tout. Aucune institution au monde n'est en mesure de s’occuper de tout. Les personnes handicapées doivent tout particulièrement se préparer à un nouvel environnement. Quelqu’un qui a un handicap sait déjà qu’il doit envisager les choses de manière différente... et aussi se préparer autrement.»

Découvrez ici d’autres témoignages de nos ambassadeurs du personnel